Archives mensuelles : février 2010

Pain au cumin

Amis du bon pain, bonsoir!

Or donc, le pain ne fait pas partie de mon alimentation quotidienne. Ben oui, en bonne belge, tout le monde sait que je ne mange que des frites :o .Trève de galéjades, effectivement, le pain, c’est pas exactement mon truc. Sauf au resto, où je me jette sur le pain, les papilles en alerte, espérant croquer dans un bon morceau bien moelleux, consistant, savoureux, pas trop sec. Inutile de vous dire que bien souvent, la déception est au rendez-vous. Et là, les yeux plein de larmes, le palais en berne, je jure, mais un peu tard, qu’on ne m’y reprendra plus!

Forte donc de ces expériences aussi variées que disârates et heureuse propriétaire d’un Kitchenaid, je me suis lancée dans un pain, pour accompagner de l’houmous et du guacamole. Et ce fut une réussite!

img_7473_1(Et votre servitrice juste derrière la création).

Ingrédients : (la recette est largement inspirée de )

  • 500 grammes de farine
  • 1 sachet de levure sèche
  • une cuillère à café de sel
  • 1/4 de litre d’eau
  • une pincée de sucre
  • une cuillère à soupe et demie de graines de cumin

How To :

Là, je vous livre ma façon personnelle de faire, qui diffère quelque peu de la recette originale. Tamisez la farine si celle-ci n’est pas fluide. Mélangez toutes les matières sèches ensemble, puis ajoutez l’eau. Formez une boule compacte que vous placerez dans votre Kitchenaid. Enclenchez la machine pour 15 minutes. Si vous n’avez pas de machine à pétrir, pétrissez à la main, sur un plan de travail fariné. Ecrasez la pate, puis repliez la. Faites un quart de tour à droite (ou à gauche) et recommencez.

La pâte est suffisamment pétrie quand elle est bien élastique.

Au bout d’un quart d’heure, une fois la pâte bien élastique, laissez la monter pendant une heure. Mettez là dans un bol (ou laissez là dans le pot du Kitchenaid) puis couvrez la pâte et entreposez là dans un endroit tiède et sec. Pour ma part, soit je la pose sur le chauffage allumé, soit derrière une fenêtre très ensoleillée en cas de grand beau temps soit dans le four préalablement chauffé et éteint.

Farinez et huilez le plat qui recevra le pain. Après une heure, repétrissez la pâte à la main pour former une boule et mettez là dans la terrine qui ira au four.Laissez la encore lever une heure.

Préchauffez le four à 200°C. Enfournez le pain pour 20 minutes, minimum. Passé les 20 premières minutes, vérifiez la cuisson comme pour un cake : enfoncez un couteau dans le pain : si la lame ressort sèche, le pain est cuit. Quand il est cuit, éteignez le four et attendez 5 minutes.

Démoulez le pain dès que sa chaleur vous permet de le faire.

img_7474_1

Trucs et ficelle :

Dans mon four, la cuisson prend à peu près 30 minutes et on obtient un pain bien doré, à la croute dure, comme ici : img_7463_1

Et ma terrine est toute ronde :

img_7457_1

Bien sur, ce pain peut être réalisé avec toutes les autres épices sèches qui vous tombent sous la main.

Mon prochain test de pain consistera à trouver le parfait équilibre entre le cake et le pain, afin de retrouver la texture d’un pain, style foccacia, que j’ai gouté en Argentine et qui, accompagné de quelques tomates très épicées, fut un régal!

Le Tout

Faut-il être le Tout de son partenaire?

Faut-il être frustré?

Si on répond oui à la première et non à la deuxième, l’inévitable 3ème question est : Faut-il être fidèle? Et la réponse est non.

A partir du moment où la 3ème réponse est négative s’ouvre un monde de possibles et de remises en question.

Pourquoi un couple à la fois? Qu’est ce que le couple? Pourquoi faut-il définir le lien entre deux êtres humains? D’où vient le besoin d’exclusivité?

En choisissant ma voie, toutes ces notions ont été, sont, seront revisitées. Je le sais, je le comprends et je le sens. Je sens aussi ce que peut avoir d’inconfortable l’extrême liberté d’Etre et d’Agir, en mon âme et conscience. La liberté, c’est aussi parfois le vertige, le vide, la désorientation totale. Le désert. L’anomie.

Et la confiance. En soi. Absolument nécessaire. Qu’il faut parfois forcer, d’ailleurs. La cofiance en son chemin, en sa compétence pour décider de sa vie.

La liberté est une expérience extrême. Une notion sans concession.

Rotolo di pasta

Chers gourmands, bonsoir!

Donc, je suis en retard de tout mais…. ce n’est pas parce que je ne cuisine pas! J’ai juste plus une minute à moi pour publier ce que je fais, alors que, croyez moi, les frimas tardifs ne donnent pas envie de se mettre au régime!

Donc, après avoir tenté une première recette et avoir salivé sur une deuxième, j’ai décidé de mixer les deux pour donner ceci :

img_7534_1Rotolo di pasta alla salvia et carne

Bon, c’est un peu de savant italien pour dire Rouleau de pâtes à la sauge et à la viande. Et comme dirait une dame que je connais « ça a l’air encore meilleur dit comme ça! ». Et elle a pas tord…

Ingrédients : Pour 6 personnes en entrée

  • 350 gr de pâte à pâtes fraiches (la recette est )
  • 2 boites de feuilles de sauge fraiche (environs 60 gr à vue de nez)
  • 1 morceau de jambon cuit de 5 cm de long sur 1 cm de haut.
  • 1 morceau de jambon fumé de même taille
  • 200/250 gr de beurre
  • une gousse d’ai

How To :

Préparez la pâte à pâte, puis étalez la pour former un rectangle de pâte, de l’épaisseur d’un carton à bière ou un peu plus fin. Etalez votre pâte sur un tissu que vous pourrez plonger dans une casserole.

Préparez la farce en mixant la sauge et les jambons avec la gousse d’ail et la moitié du beurre. Rajoutez le reste du beurre, petit à petit, pour former une belle pommade, bien lisse, qui s’étale. De grâce, n’essayez pas de mettre absolument tout le beurre. La cuisine, ça se sent et ça se teste :) Mettez tout le beurre que vous jugez bon, jusqu’à obtention, disais-je, d’une belle pommade bien parfumée.

Etalez la pommade sur le rectangle de pâte et roulez la pate à l’aide du tissu. Nouez en les bouts et, pourquoi pas, au milieu, afin de bien serrer le rouleau. J’avais trop de pâte pour la faire tenir dans ma casserole sans la plier, donc, j’ai coupé mon boudin.

img_7521_1

Plongez votre rouleau dans une grande casserole d’eau bouillante salée. Arrangez vous pour que votre boudin reste immergé (utilisez une assiette, si besoin). Laissez cuire à gros bouillons pendant 30 à 35 minutes.

Une fois le boudin cuit, déroulez le, coupez le en tranches et servez le aussitot :

img_7527_1

Trucs et ficelles :

Suivant la suite de la recette, vous cuirez votre rouleau de pâte plus ou moins à coeur. Cuisez le 35 bonnes minutes si vous comptez le servir sans le recuire dans une sauce. Je vous conseille néanmoins de le nappez d’un liquide, beurre fondu ou autre, pour éviter qu’il soit sec.

Si vous comptez le servir accompagné d’une sauce dans laquelle il aura encore cuit, arrêtez la cuisson à 30 petites minutes.

Ici, les rouleaux sont allés faire un tour dans une poêle avec de la crème fraiche (allégée) et se sont retrouvés parsemés de parmesan frais

img_7538_1

Les rouleaux pourraient aussi passer au four, avec un peu de mozzarella.

La farce à la sauge peut, bien entendu, être remplacée par d’autres farces. Celle aux épinards est un must du genre.

Et bon appétit, bien sur!

Si c’est la première fois qu’on vient lire mon blog et essyer une recette, filez lire Gastronomie et Pifomètre!

Agneau à l’orange

sucre-sinvite-sale-mamina-l-1

Ca faisait très très longtemps que j’avais envie de participer à un jeu culinaire… Et je viens de me lancer!

Pour ma première participation à cet échange ludique bloguesque et gourmand, j’ai choisi « Quand le sucré s’invite chez le salé », organisé cette fois par Mamina, heureuse gagnante de la dernière édition. Le thème de cette édition étant l’orange, j’ai eu envie de l’associer avec une viande…

J’ai donc fait de l’agneau à l’orange, au miel et aux étoiles de badiane (ou anis étoilé).

img_7491_1Ingrédients :

  • un gigot d’agneau. Le mien faisait 1kg2
  • 3 oranges
  • 4 gousses d’ail
  • 5 têtes d’anis étoilé ou étoiles de badiane
  • de l’huile d’olive
  • 4 cuillères à soupe de miel très parfumé (au thym, par exemple).
  • sel et poivre

How To :

Pressez deux oranges. Mélangez le jus des oranges avec deux cuillères à soupes de miel, l’anis étoilé et de l’huile d’olive. Mettez votre gigot à mariner, au moins 6 heures, dans cette préparation. Vous pouvez le retourner à mi-chemin, pour bien l’imprégner de partout.

Une fois bien mariné, mettez votre four à 120 °C.  Coupez la dernière orange en tranche et disposez en deux ou trois dans le fond du plat, ainsi que les gousses d’ail épluchées et coupées en deux. Récupérez deux ou trois étoiles de badiane, mettez les dans le fond du plat aussi.

Posez la bête dans le plat, arrosez là des deux dernières cuillères de miel. Faites tenir vos dernières tranches d’orange dessus, ainsi que le reste de l’anis étoilé.

Comme ici  :

img_7487_1

Couvrez le tout avec du papier aluminium et enfournez, pour 3 heures minimum. Au bout de 3 heures, vous obtenez un beau gigot bien rosé. Ajoutez deux ou trois heures de plus pour obtenir un agneau braisé.

Et voilà le joli paquet surprise :

img_7488_1

Trucs et ficelle :
Emballez bien votre gigot, plus ce sera hermétique, plus le jus de cuisson pourra servir de liquide pour que la viande reste tendre. Par ailleurs, cela vous évitera de devoir arroser la viande régulièrement et de rajouter de la matière grasse. L’agneau étant déjà une viande grasse, réduire un peu l’apport lipidique pourra en intéresser plus d’un!

img_7494_1

Pâtes aux scampis

Le problème de l’hiver dans mon pays, c’est qu’on se retrouve vite coincé au niveau des saveurs. L’automne offre son cortège de courges et de champignons, que j’adore mais après ça… Manger de saison devient vite triste! Du coup, cuisiner pas cher et responsable devient difficile. Entre les fruits exotiques hors de prix et pas vraiment écolo et les légumes locaux sans gout… La solution, pour ma part, réside dans le surgelé et la boite de conserve! Je saiiiis, c’est pas top, c’est mieux le frais, c’est meilleur et les vitamines etc mais…. Mon palais à ses raisons que ma raison ignore mais mon portefeuille veille au grain!

Donc, avide que j’étais d’une recette simple, pleine de saveurs non raffinées, brutes, presque gorgées de soleil, je me suis lancée dans des pâtes aux scampis, sans chichi, en essayant de respecter au mieux le produit (donc oui, je respecte une boite de conserve et un paquet surgelé).

img_7445_11

Pâtes aux scampis :

Ingrédients :

  • des pâtes longues. Les miennes sont des linguine, parfaite pâte longue, je trouve, pour ce genre de sauce. Il faudra, à l’occasion, que je fasse des recherches et un article sur les pâtes, leur forme, etc.
  • des scampis (surgelés, donc). Ce sont des gambas, pour nos amis français
  • une boite de tomates pelées entières
  • une grosse (très grosse) gousse d’ail
  • une échalotte
  • de l’huile d’olive
  • du vin blanc sec
  • du poivre
  • du parmesan rapé

How To :

D’abord et avant tout, faites dégeler vos scampis et coupez les tomates en grossiers morceaux. Conservez le jus des tomates et le jus de la boite.

Faits cuire vos pâtes. Arrêtez la cuisson avant la fin, genre à deux minutes de la cuisson al dente (pour mes linguine, qui sont cuites al dente à 8/9 minutes, j’arrête la cuisson à 7 minutes, maximum). Réservez les.

Dans un wok, faites revenir la gousse d’ail et l’échalotte émincés. Ne les laissez surtout pas colorer, il faut que ca reste fondant. Ajoutez ensuite les tomates et leur jus. Laissez bouillir quelques instants, puis baissez le feu et ajoutez les scampis et le vin blanc. Poivrez, couvrez et laissez cuire environ 5 minutes.  Rectifiez l’assaisonnement tout en pensant bien que les scampis ont un petit gout salé, que les pâtes ont été salées à la cuisson et que le parmesan que vous rajouterez à la présentation.
Rajoutez ensuite les pâtes et laissez les cuire deux minutes dans la sauce, pour les rendre al dente en les laissant prendre le gout de la sauce.

Servez dans des assiettes bien chaudes et arrosez de parmesan rapé.

Pour ma part, le mélange des gouts simples me ramène en Italie…et en été!

img_7443_1

Pizza party

Il y a des classiques, comme la bolognese, qu’on hésite à approcher, parce qu’on a pas le temps, pas le bon matériel, pas envie, trop compliqué… Bref, avouons le, on inventerait n’importe quoi parce qu’on a peur. Et on a bien raison : à l’ère de la pizza faite par des pro qui ressemblent à celles de votre nonna, s’attaquer à un monument demande du courage.

Mais c’est tout. Ca ne demande que du courage pour s’y attaquer. Parce qu’à réaliser, par contre, c’est l’enfance de l’art!

Donc, j’ai trouvé une recette de pâte à pizza dans l’Italie de Jamie, de Jamie Oliver, et j’ai mis en route mon kitchenaid pour préparer une pizza party qui fut fort agréable.

Voici donc toutes les garnitures disponibles pour assaisonner les pizze :

img_7129_1

Donc nous avions, du parmesan rapé, du provolone rapé, du pecorino rapé, de la mozzarella, du pesto fait maison, des aubergines, de la coppa, du jambon de parme, de la pancetta, du mascarpone, des pignons de pin, des tomates cerises et des olives. Sont absents de la photo : la roquette, le fromage de chèvre, de la chair à saucisse cuite, la sauge, la sauce tomate et le basilic frais!

Donc, pour faire une pâte à pizza, il vous faut :

Ingrédients :

  • 1 kg de faine à pain, blanche forte. La recette parle de 800 gr de farine à pain blanche + 200 gr de farine de semoule.
  • un cuillère à soupe rase de sel de mer fin
  • 2 sachets de 7 grammes de levure
  • 1 cuillère à soupe de sucre semoule roux
  • 65 cl d’eau tiède.

Avec la moitié de ces ingrédients, j’ai obtenu deux repas moyens pour 3 personnes…dont un gros mangeur. Je dirais que cela représente environs 15 à 20 pizzas de 15 cm de diamètre, environ, l’épaisseur de la pâte est fine.

How to :

Mélangez la levure et le sucre dans l’eau tiède. Pendant que ca repose, empilez vos farines sur un plan de travail propre et faites un puit au milieu. Versez y l’eau tiède et commencez à amalgamer en tournant dans l’eau, afin de prendre, petit à petit, de la farine. Une fois que la pâte forme un pâton, pétrissez 10 minutes. Personnellement, je l’ai mise dans mon Kitchenaid mais vous pouvez pétrir à la main. La technique est simple, vous devez étirer la pâte, sans la casser. Attrapper un bout du pâton dans chaque main, puis étirez là, en ramenant votre main droite vers vous et écartant votre main gauche de vous. Quand la pâte est étirée, roulez là d’avant en arrière pour reformer un pâton compact. Recommencez ainsi pendant 10 minutes, jusqu’à ce que vous ayez une pâte lisse, sans grumeau, élastique et molle.

La recette préconise de laisser reposer la pâte 15 minutes à température ambiante, recouverte d’un film plastique. Elle devrait gonfler. Je l’ai laissée près de deux heures, dans le bol du Kicthenaid, couverte d’une serviette propre. Elle a doublé voire triplé de volume!

Il faut étaler la pâte 30 minutes avant de la garnir. vous pouvez le faire au rouleau, sur du papier sulfurisé ou un papier cuisson, afin de pouvoir la faire glisser facilement hors du four.

Préchauffez le four à 250 °C. Pour les cuire, mettez les sur la grille, afin que la pâte croustille ou sur la plaque pour garder une pâte plus molle.

Garnissez vos pizzas, et enfournez les 7 à 10 minutes selon vos gouts et les ingrédients.

Et maintenant, les photos!

img_7131_1Pizza base tomate, chair à saucisse, aubergine, mozzarella, basilic et parmesan

img_7136_11

img_7139_1

Pizza base tomate, pancetta, mozzarella, parmesan et basilic.

img_7144_1

Pizza base tomate, tomate cerise, pancetta, pesto, roquette et mozarella.

img_7145_1

Bref amusez-vous, créez, et surtout régalez vous!

La LL 42

Les raisons pour lesquelles je devrais créer un blog cuisine indépendant

  1. Je me ferais connaitre
  2. Je laisserais ma vie privée…en privé
  3. Je pourrais le donner à des gens de mon entourage
  4. Il aurait un design parfaitement adapté à la cuisine
  5. Ca ne m’empêcherait certainement pas de poster des recettes ici!