Farz Buen

Tout le monde le sait, une vie de couple est un excellent prétexte pour faire des découvertes culinaires (qui a dit : « et grossir »??!).

J’ai donc mis à profit mon breton compagnon pour tester une recette de chez lui : le Farz Buen.

Avec un nom pareil, ça ne risquait pas d’être chinois, cette délicieuse chose…

IMG_3461_1

Farz Buen : La recette vient de .

Ingrédients :

-60g de sucre
-275g de farine
-2 oeufs
-400ml de lait demi-écrémé
-beurre demi-sel
-sucre semoule
How To : 
Faites une pâte à crêpe simple càd  sans monter les blancs en neige. 
Faites chauffer une poêle avec du beurre. Quand il frétille et avant qu’il ne brunisse, ajoutez y deux louchettes de pâte à crêpe. laissez prendre un peu puis faites comme des oeufs brouillés : gratouillez et touillez le tout. Veillez à bien séparer tous les morceaux sans rayer votre poêle. Rajoutez un peu de beurre et puis un peu de sucre pour caraméliser tous les morceaux. Quand ils ont une belle couleur, débarrassez les et recommencez avec le reste de la pâte. Une fois toute la pâte finie, remettez le tout dans la poêle pour le tiédir et puis servez le tout dans un grand pot. Ca se mange au gouter ou au petit déjeuner, ou en soirée ou…tout le temps, en fait! 
IMG_3463_1
Trucs et ficelles
Qu’on se le dise : il n’y a JAMAIS trop de beurre et trop de sucre dans cette recette! Donc ajoutez et rajoutez-en autant que vous le voulez! 
IMG_3465_1

Négation d’abandon.

Abandon et négation.

« Et tu vis mon impuissance à t’approcher comme un abandon. »

Oui, et non.

Oui, je me sens abandonnée.

Non, je me sens surtout niée dans mon besoin d’être maternée par celle dont c’est le rôle.

Mon abandon, c’est la négation de mon besoin d’être couvée, éduquée, prise en charge. C’est la négation de mon statut d’être qui en a besoin et qui en a le droit. Mon abandon, c’est encore me dénaturer.

Saumon aux deux parfums

Aujourd’hui, une recette de réception, pour les salmon’lovers!

J’ai fait cette recette à l’occasion de je ne sais plus quelle invitation mais je me souviens par contre parfaitement du fait qu’elle avait beaucoup plu! De façon générale, les convives avaient préféré la recette au pavot, donc je la refais régulièrement depuis.

Lors de la recette initiale, j’avais pris trop de poisson… Ne faites pas comme moi, comptez mieux!

IMG_2584_1

 

Saumon aux deux saveurs : 

Ingrédients : 

  • environs 200 gr de saumon par personne, chaque morceau devant être coupé en deux.
  • du riz selon votre faim

Pour le saumon au pavot : 

  • des graines de pavot
  • quelques gouttes de miel
  • sel et poivre
  • huile de sésame grillé

Pour le saumon aux épices du sud

  • grains de cumin
  • raz el hanout
  • cannelle
  • huile d’olive

Pour la sauce

  • sauce soja salée
  • un morceau de gingembre de la taille d’une phalange
  • un citron vert
  • huile d’olive

How To 

D’abord faites mariner le saumon aux saveurs du sud. Mélangez les ingrédients et enduisez en les morceaux de saumon. Réservez au frais pendant au moins 2 heures. Pour la sauce, goûtez! Tout dépend de vos goûts. Je suis une fan de cumin, donc je force sur cette épice.

IMG_2587_1

Préparez ensuite le saumon au pavot. Avez un pinceau, enduisez chaque face d’une fine couche de miel puis roulez le saumon dans les graines de pavot.

IMG_2589_1

Enfin, faites la sauce. Mélangez les ingrédients aussi, selon votre gout. Pour ma part, je n’utilise que la moitié du citron au maximum. Pour le gingembre, je le passe au presse-ail pour en tirer le jus au gout très prononcé.

Pour la cuisson, j’ai choisi deux styles de cuisson différents, par pur esprit de complication inutile. Donc, j’ai cuit le saumon aux saveurs du sud au four, à 200°C pendant 15 à 20 minutes, selon la cuisson souhaitée. Le saumon au pavot a été cuit, lui, à la poêle dans de l’huile de sésame grillé.

IMG_2582_1

N’oubliez pas de faire votre riz!

Au moment du service, transvasez votre sauce dans des plats de présentation et dégustez vite!

Trucs et ficelle :

Comme vous l’aurez remarqué, il s’agit encore d’une recette pifomètre.

Pour la cuisson, je préfère cuire le saumon moins longtemps parce que j’adore quand il est mi-cuit, donc pour moi, 15 minutes de cuisson au four est une bonne moyenne.

Comme le poisson refroidit vite, je ne trouve pas inutile de le servir dans des assiettes tièdes… mais pas chaudes, parce que cela cuirait le poisson un peu plus!

 

 

 

 

 

Pas vu, pas pris

Je lisais cette semaine un très intéressant article dans une revue scientifique de pointe : Elle.

Il y avait une interview d’E.Baer. Au-delà du gout pour l’artiste et de ce qu’on peut penser de lui, il parlait de son inspiration et de son état d’esprit. De mémoire, il disait qu’il était anxieux de nature et qu’il avait cessé de combattre cette angoisse parce qu’elle lui servait de moteur créatif. Le déséquilibre induit par cette angoisse sourde et quasi-permanente est devenu son fond de commerce, ce qui nourrit ses idées et, en définitive, fait manger sa famille.

Je suppose que vivre de son oeuvre, de ce qui nous plait de faire, est une forme de bonheur… L’angoisse, quant à elle, me semble être une forme de malheur ou, en tout cas, d’inconfort.

Ce qui implique donc que dans le cas d’E. Baer, l’inconfort est la condition d’existence d’une forme de bonheur.

Encore un chat de Schroedinger…

Pour fréquenter quelques artistes, je pense que le cas de notre ami Edouard n’est pas isolé : il est vrai que les gens heureux n’ont pas d’histoire et que les artistes/créatifs ont souvent des tas d’histoires en eux. Ils les expriment, les photographient, les inventent, les batissent, les peignent, composent, cuisinent, ameublent au gré de leurs angoisses et de leurs interrogations.

EDIT : En publiant, je me dis que le titre n’a rien à voir avec le reste…et effectivement, je parlerai un autre jour de pas vu, pas pris.

Risotto terre, mer et air.

IMG_7340_1

 

Une fois n’est pas coutume, on commence par une photo!

Donc… j’adore le risotto. Enfin, plus précisément, j’aime le risotto et je suis avec un adorateur du risotto! Donc, je risotte, tu risottes, il risotte…

Et voilà une nouvelle recette, légère et savoureuse…

Risotto terre, mer et air.

Ingrédients :

  • un risotto blanc
  • 3 noix de saint-jacques par personne
  • 3 gambas ou scampis, selon la région où vous vivez
  • de la roquette
  • 3 tranches de canard fumé par personne
  • une noix de beurre
  • un petit verre de pastis
  • sel et poivre

How To :

Après avoir fait votre risotto, laissez-le au chaud.

Préparez votre roquette et laissez la sécher.

Faites chauffer une casserole d’eau avec le verre de pastis. Quand l’eau bout, jettez vos scampis dedans. Comptez 3 minutes de cuisson puis retirez les et mettez les à part, au chaud (par exemple dans votre four tiède).

Préparez votre assiette : de la roquette, du risotto.

Préchauffez une poêle. Mettez y une noix de beurre, du sel et du poivre. Cuisez vos noix de saint-jacques, 1 minute et demie par face.

Terminez de dresser vos assiettes en intercalant le canard fumé entre les scampis.

Servez aussitôt : les crustacés refroidissent très vite.

IMG_7333_1

Trucs et ficelles :

Vous pouvez aromatiser vos crustacés à d’autres saveur : faire revenir les scampis dans du beurre avec de l’estragon ou rajouter de la purée de gingembre dans la poêle de vos saint-jacques, par exemple.

IMG_7341_1

Risotto à la crème de patisson

Bonjour à tous,

Je ne poste pas souvent mais mon obsession de la cuisine ne me quitte pas. Comme je suis monomaniaque, j’ai testé en cette fin d’hiver (faut-il rappeller qu’il fait beau depuis à peine 2 jours chez moi?) une recette de risotto à la crème de patisson.

Le pâtisson est un légume qui ressemble aux courges mais qui sont en fait distincts. Mon pâtisson à moi était jaune, mais je pense que ça peut fonctionner avec les autres espèces de cette catégorie.

 

 

IMG_2610_1

 

Risotto au pâtisson :

Ingrédients : 

  • un risotto blanc
  • un pâtisson
  • quelques brins de sauge
  • des lardons
  • de la crème fraiche
  • sel, poivre, noix de muscade

How To : 

Faites cuire votre pâtisson entier, surtout si vous souhaitez présenter le risotto dans la coque du légume. Donc, vous mettez une grande quantité d’eau dans une casserole, vous plongez le légume dedans et puis vous la mettez à cuire. C’est cuit quand votre couteau entre dedans comme dans du beurre, un peu comme une pomme de terre. J’ai été très surprise du temps de cuisson : quasiment une heure.

Si vous n’avez pas tout ce temps et que vous souhaitez présenter ce risotto sans la coque, coupez le en morceaux.

Une fois qu’il est cuit, ouvrez le en deux et râclez en la chair et mixez-là. Ajoutez sel, poivre et noix de muscade ainsi qu’un peu de crème pour lier.

Je vous fais grâce de la énième recette du risotto blanc, la voilà. Vous me retirez évidemment toutes les fioritures genre petit pois et beurre. Vous faites donc un risotto blanc (avec le parmesan). Une fois le riz cuit, ajoutez les lardons, ils seront cuits en quelques minutes dans la chaleur du riz. Ajoutez ensuite la crème de pâtisson et quelques feuilles de sauge hachées. Goutez, rectifiez l’assaisonnement et servez aussitôt.

IMG_2608_1

 

Velouté aux marrons, noix de saint-jacques et foie gras

Lors d’un diner sur le thème du marrons, j’ai servi cette entrée, parfaite pour un hiver enneigé. Je n’ai pas l’habitude de la texture et du gout du marron dans une préparation salée, son petit côté sucré m’a surprise et, pour être honnête, cela ne m’a pas totalement séduite. Ceci dit, mes convives étaient, eux, ravis!

Voici donc le monstre :

IMG_2976_1

 

Velouté aux marrons, foie gras et noix de Saint-Jacques. 

Ingrédients pour 4 personnes : 

  • 2 sachets de marrons sous vide.
  • 1 litre de bouillon de volaille
  • 25 cl de crème fraiche
  • 50 cl de lait
  • noix de muscade
  • sel
  • poivre
  • 4 épices
  • un beau morceau de foie gras cuit ou mi-cuit, le mien était au Sauternes, fait maison
  • 12 Saint-Jacques préparées (sans corail)
  • un peu de beurre

How To : 

Préparez votre bouillon de volaille. Ajoutez le lait et les marrons. Portez le tout à ébullition puis baissez le feu et laissez cuire 10 minutes à petit bouillon.

Mixez le tout très fin. Epicez avec la noix de muscade, le 4 épices et du sel.

Répartissez la soupe dans 4 assiettes chaude.

Salez et poivrez vos noix de Saint-Jacques et faites les revenir dans du beurre chaud, pendant 2 minutes sur chaque face.

Déposez les dans le velouté, pour les garder au chaud.

Ajoutez enfin un morceau de foie gras, qui fondra petit à petit dans le velouté.

Servez aussitôt.

Trucs et ficelles : 

Si vous ne disposez pas de 4 épices, faites en vous-même! Selon les compositions, le 4 épices est composé de…4 ou 5 épices :)

Parmis elle, la noix de muscade tient le haut du pavé, avec le poivre, le clou de girofle et la canelle.

Si vous avez des épices à speculoos, à mon avis ça fonctionne aussi.

Le gingembre moulu peut aussi y être ajouté.

IMG_2977_4

 

 

 

Risotto aux poires

Bonjour Sylvie.

Non, je ne suis pas morte.

Oui, je me fais rare.

Non, je n’ai pas honte.

Que veux-tu, ma vie (mon oeuvre), le temps, les gens, l’envie, le temps des gens, le temps de l’envie, le temps du temps et the time of my life.

Oh et puis zut, je suis chez moi, je fais comme je veux, je vais pas m’excuser auprès d’une Sylvie qu’existe même pas, d’abord.

Aujourd’hui, risotto.

Froid, gras, féculent, ennui, tout ça représente l’hiver pour toi? Pour moi aussi! Alors j’ai fait un risotto. C’était il y a loooooooooooooooongtemps donc mes photos sont trop pourrites  pour les montrer mais le risotto, lui, est bon, mangez-en.

Donc, comment faisez faire?

Et bien, c’est tout simple.

How to : On fait un risotto classique. Pour ceux qui ont raté le cours de risotti, c’est ici.
Un risotto tout simple, on a dit. Juste les oignons et l’ail pour démarrer, le vin blanc, et le parmesan. Et puis on ajoute, dedans, des poires fraiches, bien juteuses. Si, en plus, elles ont fait un tour au frigo, c’est mieux.

On parmesanne généreusement, on rajoute une bonne dose de poivre et on se régale.

En vous remerciant, bonsoir!

 

Wraps Maki California Saumon

Un beau jour (ou peut-être une nuit, Barbara, ça suffit), je pris l’apéro. Comme c’est une pratique qui ne m’est absolument pas familière, je ne disposais que de peu de recettes pour se faire et j’ai tenté d’adapter le gout de mes makis préférés à la tendance wrap.

Voici donc le wrap maki california saumon :

(Comme vous pouvez le constater, le wasabi a déjà pris une claque!).

Pour réaliser cette petite chose assez bonne, il vous faut :

  • quelques tranches de pain de mie très frais, sans la croute (ou dont vous couperez la croute).
  • quelques brins de coriandre et de menthe
  • du saumon frais ou fumé
  • du fromage blanc frais type Filadelfia, Saint-Morêt, etc
  • un rouleau à pâtisserie
  • un couteau très aiguisé

(c’est donc encore une recette de pifomètre, on peut tout changer et les quantités sont floues).

How to :

Coupez les croûtes de vos tranches de pains.

Taillez votre saumon en lanière s’il est frais. Laissez le tel quel s’il est fumé et en tranches.

Prenez une tranche de pain, écrasez-la au rouleau à pâtisserie de façon à ce qu’elle soit la plus fine possible.

Tartinez la tranche de fromage frais.

Ajoutez du saumon, de la coriandre et de la menthe tout le long de la largeur de la tranche, à une extrémité de la tartine. Veillez à laisser une bande de pain libre, uniquement badigonnée de fromage, à l’autre extrémité.

Roulez votre pain en commençant par la partie sur laquelle vous avez placé vos herbes. Logiquement, votre rouleau doit se terminer par la partie du pain sans saumon, ce qui va permettre au fromage de souder le tout ensemble.

Emballez chaque rouleau, bien serré, dans du film alimentaire et réservez vos rouleaux au frigo, quelques heures.

Au moment du service, sortez les rouleau du plastique et coupez les avec votre couteau bien aiguisé.

Servez avec de la sauce soja et du wasabi, à votre convenance.

Trucs et ficelles :

Ces wraps fonctionnent avec n’importe quelle garniture.

Vous pouvez rajouter du wasabi dans le rouleau.

 

Art déco inspiré par Pshiiit

Bonjour, bonjoir!

Après une longue absence (que voulez-vous, je ne suis pas une fille d’habitudes), me voici de retour avec un vieux nail art, réalisé après avoir vu une chose ressemblante (et nettement plus belle) chez Pshiiit. Vous ne connaissez pas Pshiiit? Courez-y!

Breèfle.  Or donc, pour cette petite merveille, j’ai utilisé Watermelon et Merino Cool d’Essie ainsi qu’un doré de chez Hema, qui ne porte pas de nom. Bien évidemment, je me suis armée de scotch et de patience, j’ai posé mes 3 couches de couleurs sur ma base et sous le top-coat et tadaaaaaaaaaaaaaam!

J’ai aimé porter ce nail-art même si je pense qu’il « raccourcit » visuellement mes ongles, vu qu’il comporte des lignes plus ou moins horizontales.  Je devrais le réessayer sur ongles longs.